Travail collaboratif : l’atout des réseaux sociaux d’entreprise

0

Pas évident de convaincre les commerciaux et leurs managers de l’utilité des réseaux sociaux d’entreprise (RSE). Et pourtant les avantages sont nombreux ! Mais encore faut-il savoir se servir de ces plates-formes communautaires internes.

Les réseaux sociaux d’entreprise sont présents dans plus de 80 % des sociétés du CAC 40 et dans 36 % des entreprises françaises, selon l’Observatoire des réseaux sociaux d’entreprise. Mais seulement 10 % des déploiements de RSE dans le monde seraient réussis. En effet, la majeure partie des groupes hexagonaux ne sont pas convaincus par ce système censé révolutionner la communication interne. Pourtant, les RSE sont de véritables atouts – y compris pour les forces de vente – si on sait bien les utiliser.

Cloisonnez vos discussions

Pour exploiter au mieux le RSE de votre entreprise, il faut avant tout segmenter vos discussions. Chez iHealth, le chef de produit, Arnaud Parise, et ses 22 collègues ont créé différentes « channels » sur Slack pour parler des besoins du service marketing. Mais aussi partager le fruit de leur veille (curation), voire organiser le repas de Noël. Toutes les relations entre les membres de l’entreprise – et parfois même avec les clients – sont ainsi réparties dans ces groupes de discussion. Chacun sait donc où trouver l’information qui lui est réservée, y compris à distance, lorsqu’il est en déplacement ou en télétravail.

Pour Arnaud Parise, cette méthode de communication a en grande partie supplanté l’usage des e-mails qui ont tendance à se perdre dans les boîtes de réception surchargées. « Nous avons des équipes marketing et ventes assez jeunes qui collaborent beaucoup entre elles et, sur certains projets, nous ne travaillons même plus du tout par e-mail. Les “channels” de Slack sont plus rapides et plus pratiques. » D’après le McKinsey Global Institute, les gains de temps réalisés grâce aux RSE contribueraient à accroître la productivité de 25 %.

Adoptez un code de bonne conduite

Attention à ne pas faire disparaître le formalisme que les salariés prennent bien soin de respecter par e-mail. Puisque 80 % des collaborateurs utilisent des réseaux sociaux à titre privé, on comprend vite que le ton des discussions sur ces outils de travail peut avoir tendance à être plus familier. Mais n’outrepassez pas les limites de la bienséance. « Par e-mail, les collaborateurs savent que ce qu’ils écrivent peut servir de preuve. Par conséquent, ils font attention. Mais ils le font moins sur les RSE alors que les risques sont les mêmes », constate Arnaud Parise. Et il en va de même pour la protection des données. Prenez soin de ne pas vous connecter depuis n’importe quel terminal et de ne pas laisser d’accès possible à un tiers, tout comme vous le feriez avec votre messagerie professionnelle.

Si ces conseils ne sont pas une évidence pour vous ou pour vos collègues, proposez à votre manager d’établir une charte de bon usage du RSE. Certaines entreprises accompagnent le déploiement de ces solutions par ce biais qui permet à chacun un usage sain de l’outil professionnel.

0%
0%
Awesome
  • Notes des internautes (1 Vote)
    9.3
Partager

Laissez un commentaire