Argumentation commerciale : mon accent est-il un handicap ?

0

Votre client se met à rire dès que vous ouvrez la bouche ? Il vous demande de répéter par manque de compréhension ? Nul doute que votre accent y est pour quelque chose. Vous avez beau avoir la meilleure argumentation commerciale du monde, votre vente n’est pas gagnée !

On parle peu des accents, mais une étude TNS-Sofrès indique que la façon de parler est un élément déterminant pour 44 % des entreprises lors d’une embauche, juste après la façon de s’habiller et l’apparence physique. Ce phénomène, le sociolinguiste Philippe Blanchet l’appelle « glottophobie ». Autrement dit : la discrimination basée sur la façon de parler. « Il y a une gradation dans la discrimination, explique-t-il. En haut de l’échelle, je mettrais l’accent du Midi. C’est celui qui pénalise le moins, car on lui attribue des bons côtés. C’est l’accent du soleil et des vacances. Ensuite, vous avez l’accent breton, alsacien et chti. »

Cours de chti pour les nuls 😉

Argumentation commerciale et accent : vont-ils de paire ?

Si l’accent joue lors d’un recrutement, on imagine facilement l’influence sur une vente lors d’une négociation commerciale. Éric, commercial bordelais installé à Marseille en sait quelque chose : « L’accent n’est vraiment pas idéal dans le commerce de services où il vaut mieux rester « neutre ». En revanche, s’il sert le « folklore » du produit, cela peut être vu positivement mais uniquement lorsqu’il est sincère. À coup sûr, un accent surjoué déplaira au client ! Et si vous n’êtes pas excellent pour imiter l’accent du sud… faites la différence avec des outils d’aide à la vente adaptés.

0%
0%
Awesome
  • Notes des internautes (0 Vote)
    0
Partager

Laissez un commentaire