Quand changer de boîte ?

0

Salaire gelé, politique commerciale malmenée, évolution de carrière au point mort, ambiance délétère… pas de doute, l’envie de changer d’entreprise vous gagne. Mais est-ce pour autant le bon moment pour larguer les amarres ? Décryptage.

Selon les données de l’Insee, un actif entrant aujourd’hui sur le marché du travail changera en moyenne 4,5 fois d’employeur durant sa vie professionnelle. Et selon un sondage réalisé par Opinion Way pour l’Association pour la formation professionnelle (AFPA), pas moins de six salariés sur dix envisagent de changer de métier et 33 % d’entre eux aimeraient sauter le pas avant 2017.

Rester à l’écoute des signes évocateurs

Si c’est votre cas, vous vous demandez certainement si c’est le bon moment pour passer à l’action. Quelques signaux forts peuvent vous mettre sur la voie. Parmi eux, l’ennui soudain suscité par votre poste ou par vos produits, l’absence de perspective d’évolution, une politique commerciale en dent de scie, une ambiance délétère ou encore un salaire désespérément bas.
L’incertitude quant à l’avenir de l’entreprise est aussi à prendre en compte. Difficultés financières, évocation de restructuration ou fusion-acquisition… même si vous n’avez vent que de simples rumeurs, sachez anticiper. C’est bien connu, les chances de trouver un nouveau job sont plus importantes lorsqu’on est déjà en poste.

Freins au changement et zone de confort

Actuellement, ce sont clairement les plus jeunes qui sont les moins frileux au changement. Le turn-over est d’ailleurs quatre fois plus élevé chez les salariés de moins de 30 ans que chez leurs aînés : « Les jeunes commerciaux ont plus d’aisance à changer d’employeur : ils n’ont pas de freins au changement et ne sont pas installés dans leur zone de confort », remarque Édouard, commercial dans l’immobilier.
Le milieu de carrière est également une période propice à l’évolution professionnelle : les postes de manager apparaissent soudain plus accessibles « avec en prime la possibilité de s’appuyer sur un solide réseau, tissé au fil du temps », note Édouard.
Maturité, connaissances, sens du travail… les seniors peuvent, quant à eux, faire valoir de nombreux atouts pour atteindre des postes à responsabilité. Au-delà de 40 ans, leur expérience est en effet recherchée pour le management d’équipe et le pilotage de structure commerciale, d’autant que certains secteurs de pointe comme la mécanique, la santé ou la construction recherchent ouvertement des profils chevronnés, sachant véritablement de quoi ils parlent aux clients.

Et dans ma vie personnelle, est-ce le bon moment ?

Enfin, ne perdez pas de vue que votre changement de job doit être planifié selon le contexte de votre vie personnelle. Dans le cadre d’un projet immobilier, par exemple, vous n’obtiendrez aucun prêt en période d’essai. De même, conjuguer une évolution de carrière avec un autre grand tournant personnel tel qu’un mariage, un divorce ou l’arrivée d’un enfant est potentiellement plus risqué. Pourquoi ? D’une part, parce que les stress se multiplient entre eux et, d’autre part, parce que votre nouvelle société sera moins souple dans la prise en compte de vos contraintes personnelles, en particulier dans les professions commerciales où la flexibilité et la mobilité sont rarement négociables.
Jeune dynamique, trentenaire en quête de nouveaux challenges ou senior disposant d’une expérience solide… de nombreux profils peuvent intéresser aujourd’hui les recruteurs. Si vous pensez que le moment est venu de vous lancer dans une nouvelle aventure professionnelle, gardez à l’esprit que c’est avant tout en faisant valoir votre propre valeur ajoutée que vous pourrez vous démarquer.

0%
0%
Awesome
  • Notes des internautes (1 Vote)
    7.1
Partager
Quand changer de boîte ?

Laissez un commentaire