On peut tout louer : l’usage plutôt que la propriété

0

Et si la location était le modèle économique du futur ? Pas forcément un modèle exclusif, mais au moins majoritaire. Elle commence en tout cas à se répandre, dans le business comme dans la vie privée.

Votre voiture de fonction ? Elle est vraisemblablement louée dans le cadre d’une gestion de flotte. Votre ordinateur ? Vous êtes de plus en plus nombreux à proposer cette solution à vos clients et il serait donc logique que vous l’adoptiez pour vous-mêmes. Vos bureaux ? Ne me dites pas que votre entreprise en est propriétaire… En regardant autour de vous, vous verrez que la location séduit de plus en plus de secteurs économiques : engins de nettoyage ou de manutention, systèmes de vidéosurveillance, équipements médicaux, etc.

Économie de la fonctionnalité

Ce mouvement a un nom : l’économie de la fonctionnalité, qui vise à privilégier l’usage sur la propriété. C’est le cas dans la location d’ordinateurs : l’entreprise n’achète pas X ordinateurs, X logiciels et X contrats de maintenance, mais une solution lui permettant de disposer, contre un loyer, d’un nombre variable d’ordinateurs, avec les logiciels et les services de maintenance qui vont bien.

De son côté, Xerox a innové en cessant de vendre des photocopieurs pour proposer à ses clients de disposer d’une machine et de ne payer que l’usage : la facturation se fait à la copie. Plus surprenant, Michelin a développé « l’externalisation du poste pneumatiques » pour les flottes de poids lourds, véhicules commerciaux légers, camionnettes et engins de génie civil. L’industriel reste propriétaire du pneu et le gestionnaire de flotte les paye au nombre de kilomètres parcourus.

L’enjeu pour l’entreprise qui loue ses équipements n’est plus de planifier un investissement, mais de déterminer à chaque instant quels sont les équipements et services qui lui sont réellement utiles.

Le virus gagne la vie de tous les jours

L’économie de la fonctionnalité gagne également du terrain dans la vie de tous les jours. Bientôt, la question ne sera plus “qu’est-ce qui se loue” mais “qu’est-ce qui ne se loue pas ?”. Les vêtements ? La location est encore majoritairement réservée aux costumes ou aux robes de soirée, mais elle séduit de plus en plus de “victimes de la mode”. Les véhicules ? Avec des systèmes comme Vélib, Autolib et ses dérivés (les “Autolibs utilitaires” ont fait leur apparition), leur location devient un geste du quotidien. Les lave-linge aussi ! Vous ne saviez pas ? Des sociétés commencent à proposer la location longue durée de pratiquement tout l’électroménager (livraison, installation et SAV inclus), du lave-linge au micro-ondes en passant par le congélateur et le robot ménager. Le tout sans oublier les téléviseurs, les ordinateurs, tablettes et smartphones, ainsi que les meubles (literie comprise) et les équipements sportifs (pas seulement les skis).

Cerise sur le gâteau

Si vous n’êtes pas convaincu, sachez que l’économie de la fonctionnalité (et donc, indirectement, la location) est un des chevaux de bataille des tenants du développement durable, car elle permet d’économiser les matières premières et l’énergie. Finalement, Pierre-Joseph Proudhon, philosophe français et penseur du socialisme libertaire, avait peut-être raison avec deux siècles d’avance quand il a dit : « La propriété c’est le vol, l’avenir c’est la location ». Encore qu’il n’est pas sûr que la seconde partie de la phrase soit de lui…

0%
0%
Awesome
  • Notes des internautes (0 Vote)
    0
Partager
On peut tout louer : l’usage plutôt que la propriété

Laissez un commentaire